La Quinzaine va continuer

C’est désormais presque certain. À la suite de l’appel de Maurice Nadeau, passé dans le journal et relayé ensuite dans la presse française et sur les réseaux sociaux, 210 souscriptions en ligne, 260 remises de chèque totalisent près de 90 000 euros. Dans le même temps, deux cent trente-quatre donateurs ont apporté à l’Association culturelle des Amis de La Quinzaine littéraire près de 39 000 euros. Près de cinq cents abonnements et réabonnements ont été souscrits aussi en un mois.

À l’heure où vous lirez ces lignes, la première étape du sauvetage du journal aura été réalisée. L’assemblée constitutive de la Société des contributeurs et lecteurs de La Quinzaine littéraire (SCLQL) aura nommé, vendredi 12 juillet, un président, deux représentants du collège des contributeurs et deux représentants du collège des lecteurs, formant la direction de la société, ainsi que deux commissaires aux comptes.

La société a pour vocation, en étant actionnaire du journal, de veiller à la continuité de la ligne éditoriale dans le cadre d’une nouvelle impulsion et de la recherche de nouveaux lecteurs. Du fait de la disparition de Maurice Nadeau, et donc en l’absence d’un gérant de la société éditrice, un mandataire ad hoc, Maître Gérard Philippot, a été désigné par le tribunal de commerce pour examiner les comptes de la SELIS et statuer sur les mesures à prendre.

Une nouvelle direction éditoriale

Dans cette période de transition, la poursuite de la publication est le principal objectif du comité de rédaction. Jean Lacoste, Thierry Laisney, Pierre Pachet et Tiphaine Samoyault assureront provisoirement la direction éditoriale de La Quinzaine littéraire dans l’esprit de son fondateur.

Permettez-moi maintenant une touche plus personnelle. En 1990, à l’occasion de la publication de la première édition de Grâces leur soient rendues, mon père m’avait dédicacé ses mémoires littéraires d’une formule qui définit assez bien son humour : « À mon fils bien-aimé, au nom du Père et du simple d’esprit ».

Maintenant qu’il n’est plus là, il ne reste près de nous que son esprit, et la vision des derniers moments où, après avoir fait sa dernière apparition au comité de rédaction de La Quinzaine pour y défendre l’avenir de la publication, il s’est allongé pour contempler de face la très lente venue de sa mort, moment intense et mystérieux qui a frappé aussi tous ceux qui l’entouraient. Il est parti droit, comme il a vécu. La Quinzaine vivra, j’en suis sûr !

Gilles Nadeau

Dans notre prochain numéro, nous publierons les listes des actionnaires de la SCLQL et des donateurs de l’AQL.

Quant aux informations relatives à notre appel, vous les trouverez sur les blogs :

http://lecteursdelaquinzainelitteraire.wordpress.com/ ou

http://laquinzaine.wordpress.com/.

Par défaut

Ne partez pas en vacances sans avoir sauvé la Quinzaine !

Plus bas un premier bilan de Maurice Nadeau sur l’action pour sauver la Quinzaine littéraire, à paraître dans le prochain numéro du journal le 1er juin. Il fallait, il faut 80 000 euros, c’est actuellement la moitié de la somme qui a été réunie via des abonnements et des contributions à la Société des lecteurs de la Quinzaine en train d’être mise en place. C’est encore insuffisant hélas, de quoi relancer le journal quelques mois tout au plus. Il est impératif de réunir la totalité de la somme avant l’été. Je ne peux donc qu’inviter les soutiens de la Quinzaine sur Internet et ailleurs à continuer à relayer l’information. On peut, on doit imprimer l’appel de Maurice Nadeau et l’afficher dans les bibliothèques, les salles de professeurs. Il est essentiel que le maximum soit fait dans le courant du mois de juin. Un seul mot d’ordre : ne partez pas en vacances sans avoir sauvé la Quinzaine. D’avance merci !

La Quinzaine littéraire continue ! par Maurice Nadeau

Notre appel dans La Quinzaine du 16 mai : « Vous ne laisserez pas mourir La Quinzaine littéraire ! » a été largement entendu.
D’abord et curieusement par nos amis des sites internet, qui ne sont pas ennemis, on le voit, de la presse écrite. Merci aux nombreux sites de Paris et de province, à Laurent Margantin (île de la Réunion), Olivier Morel (États-Unis), nos amis exilés de Chine, cet ami inconnu du Japon.
L’AFP n’a pas été sourde. Ni « le Monde des livres » : « Solidarité avec La Quinzaine », demande Jean Birnbaum, ni Libération, ni Télérama, ni certains quotidiens de province.
Quant aux amis de partout, ils forment une première vague où nous sommes émus de retrouver François Maspero ou Pierre Alechinsky.

Le 27 mai, les souscriptions à la « Société des contributeurs et lecteurs de La Quinzaine littéraire (SCLQL) » s’élèvent à 31 000 € et les dons à l’Association des « Amis de La Quinzaine littéraire (AQL) » à 13 027 €.

Nous vous rappelons qu’il est possible d’effectuer une souscription ou un don par chèque, respectivement à l’ordre de la SCLQL et de l’AQL, à l’adresse postale du journal (135, rue Saint-Martin, 75194 Paris Cedex 04), ou bien sur l’interface http://www.quinzaine-litteraire.presse.fr. Le site internet permet en outre de suivre en temps réel le compteur du financement participatif.

Grâce à vous, de près et de loin, La Quinzaine continue.

Q. L.

Par défaut

Lecteurs de la Quinzaine littéraire, soutenez votre journal

Nous apprenons ce mois de mai que la Quinzaine littéraire pourrait cesser de paraître dès la fin de ce mois suite à de graves difficultés financières. La rédaction nous informe que, dans le prochain numéro du 16 mai, le directeur de la Quinzaine littéraire, Maurice Nadeau, proposera aux lecteurs (et collaborateurs) de créer une société participative avec deux collèges (lecteurs et collaborateurs), avec une entrée de parts à 100 euros.  On pourra acquérir plusieurs parts. Les chèques reçus au nom de la SCLQL, seront déposés sur un compte bloqué  de la  "Société des collaborateurs et lecteurs de la Quinzaine littéraire" (SCLQL) qui aura vocation à entrer dans le capital de la société éditrice du journal (la SELIS) et à devenir propriétaire du journal le jour de son assemblée générale constituant la dite société.

En attendant, les futurs actionnaires peuvent s’engager en public (en commentaire plus bas) à verser leur participation en donnant leur nom, et ils enverront confidentiellement :

1 – leurs coordonnées (adresse et mail) sur l’adresse mail suivante :  ql@quinzaine-litteraire.net

2 – leur chèque au nom de la SCLQL, 135 rue Saint Martin 75004 Paris 

 3 – Il est possible d’envoyer un chèque de soutien de tout autre montant au nom et à l’adresse de l’association des Amis de la Quinzaine littéraire, 135 rue Saint Martin 75004 Paris. Les donateurs pourront bénéficier à leur demande d’un reçu  fiscal.

Il est également possible de s’abonner à la Quinzaine littéraire (ou d’y abonner ses amis !):

http://www.quinzaine-litteraire.presse.fr/abonnement.php

D’avance merci pour votre soutien !

On peut lire ici le texte de Maurice Nadeau: Vous ne laisserez pas mourir la Quinzaine !

Par défaut